La Cité Interdite, Pékin

Découvrez la Cité Interdite qui est un complexe de complexe de palais impériaux au cœur de Pékin, en Chine. Commandé en 1406 par l’empereur Yongle de la dynastie Ming, il a été officiellement occupé par la cour pour la première fois en 1420. Il a été nommé ainsi parce que l’accès à la zone était interdit à la plupart des sujets du royaume. Les fonctionnaires du gouvernement et même la famille impériale n’avaient qu’un accès limité ; seul l’empereur pouvait entrer dans n’importe quelle section à sa guise. L’enceinte de 72 hectares a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987, en reconnaissance de son importance en tant que centre du pouvoir chinois pendant cinq siècles, ainsi que pour son architecture inégalée et son rôle actuel de musée du palais consacré à l’art et à l’histoire dynastiques.

L’architecture du complexe fortifié respecte rigoureusement la pratique géomantique traditionnelle chinoise du feng shui. L’orientation de la Cité interdite, et d’ailleurs de tout Pékin, suit une ligne nord-sud. À l’intérieur de l’enceinte, tous les bâtiments les plus importants, en particulier ceux situés le long de l’axe principal, sont orientés vers le sud pour honorer le soleil. Les bâtiments et les espaces cérémoniels qui les séparent sont disposés de manière à donner une impression de grande puissance impériale tout en renforçant l’insignifiance de l’individu. Cette conception architecturale se vérifie jusque dans les moindres détails : l’importance relative d’un bâtiment ne se juge pas seulement à sa hauteur ou à sa largeur, mais aussi au style de son toit et au nombre de figurines perchées sur les crêtes du toit.

Parmi les monuments les plus remarquables, on peut citer la porte Wu (méridienne), la salle de l’harmonie suprême (Taihedian) et le jardin impérial (Yuhuayuan). La porte Wu est l’imposante entrée formelle sud de la Cité interdite. Ses ailes auxiliaires, qui encadrent l’entrée, sont déployées comme les pattes avant d’un lion ou d’un sphinx gardien. La porte est également l’un des bâtiments les plus hauts du complexe, avec une hauteur de 38 mètres au faîte du toit. L’une de ses principales fonctions était de servir de toile de fond aux apparitions et proclamations impériales. Au-delà de la porte Wu se trouve une grande cour de 140 mètres de profondeur et de 210 mètres de largeur, traversée par la rivière d’or (rivière d’eau dorée) en arc de cercle. La rivière est traversée par cinq ponts parallèles en marbre blanc, qui mènent à la porte de l’Harmonie suprême (Taihemen).

Au nord de la porte de l’Harmonie suprême se trouve la cour extérieure, cœur de la Cité interdite, où les trois principales salles d’administration se dressent au sommet d’une terrasse de marbre à trois niveaux qui surplombe une immense place. La zone s’étend sur trois hectares, ce qui est suffisant pour accueillir des dizaines de milliers de sujets venus rendre hommage à l’empereur. Au-dessus de cet espace se dresse la salle de l’harmonie suprême, dans laquelle se trouve le trône de l’empereur. Cette salle, qui mesure 64 mètres sur 37, est le plus grand bâtiment de l’enceinte et l’un des plus hauts (à peu près la même hauteur que la porte Wu). C’était le centre de la cour impériale. Au nord, sur la même triple terrasse, se trouvent la Salle de l’harmonie centrale (ou complète) (Zhonghedian) et la Salle de l’harmonie préservée (Baohedian), également lieux de fonctions gouvernementales.

Découvrir la Cité Interdite

Plus au nord se trouve la Cour intérieure, qui contient les trois salles qui composaient les quartiers d’habitation impériaux. Adjacent à ces palais, à la limite nord de la Cité interdite, se trouve le jardin impérial de 1,2 hectare, dont la conception organique semble s’écarter de la symétrie rigide du reste de l’enceinte. Le jardin a été conçu comme un lieu de détente pour l’empereur, avec un arrangement fantaisiste d’arbres, de bassins à poissons, de parterres de fleurs et de sculptures. En son centre se trouve la salle de la paix impériale (Qin’andian), un temple taoïste où l’empereur se retirait pour se recueillir.

La Cité interdite a cessé d’être le siège du gouvernement impérial Qing (mandchou) avec la révolution chinoise de 1911-12. Bien que certains des anciens bâtiments (qui avaient été réparés et reconstruits depuis le XVe siècle) aient été perdus à cause des ravages de la révolution et pendant la guerre avec le Japon (1937-45), le site a été maintenu dans son ensemble. Puyi, le dernier empereur Qing, fut autorisé à y vivre après son abdication, mais il quitta secrètement le palais (et Pékin) en 1924. À la fin du XXe siècle, plusieurs des bâtiments du palais ont été restaurés.

Le film Le dernier empereur (1987), qui dépeint la vie de Puyi, a été tourné en partie dans la Cité interdite.

— La Cité interdite à Pékin

admin7890