Place de la Concorde, Paris

Place de la Concorde, anciennement place Louis XV, place de la Révolution, place de la Chartre, et place Louis XVI, place publique du centre de Paris, située sur la rive droite de la Seine entre le jardin des Tuileries et le terminus ouest des Champs-Élysées. Elle était destinée à glorifier le roi Louis XV, mais pendant la Révolution française, plusieurs rois, dont Louis XVI, y ont été exécutés. Dans le Paris moderne, une tribune temporaire est construite chaque année sur la place, d’où les dignitaires passent en revue le défilé militaire du Jour de la Bastille.

Occupant une superficie d’environ 7,6 hectares, la place de la Concorde est la plus grande place de Paris. Un projet d’Ange-Jacques Gabriel a remporté un concours visant à fournir un environnement approprié à une statue équestre en bronze de Louis XV commandée précédemment. La place entourée de douves – techniquement un octogone en raison de ses angles coupés – a été approuvée en 1755, mais la statue du roi réalisée par Edmé Bouchardon n’a été mise en place qu’en 1763. Le côté sud-ouest de la place est laissé ouvert sur le fleuve. De l’autre côté, le long de la rue Royale, Gabriel plaça deux bâtiments assortis, appelés aujourd’hui l’Hôtel de la Marine et l’Hôtel de Crillon. Leurs rez-de-chaussée à arcades et leurs façades à colonnades rappellent un peu le Louvre. En périphérie de la place, Gabriel a construit huit piédestaux géants sur lesquels ont été placées les statues représentant les capitales provinciales. Vues dans le sens des aiguilles d’une montre depuis l’Hôtel de la Marine, les statues symbolisent Lille, Strasbourg, Lyon, Marseille, Bordeaux, Nantes, Brest et Rouen. Le Pont Louis XV de Jean Perronet, un pont sur la Seine, a été commencé en 1787 mais n’a été achevé qu’en 1791, alors que la Révolution française était en cours. Le pont a été successivement rebaptisé Pont de la Révolution et Pont de la Concorde.

En 1792, dans la ferveur révolutionnaire, la statue du roi est enlevée et détruite. L’année suivante, la place est rebaptisée Place de la Révolution. La guillotination de Louis XVI a lieu le 21 janvier 1793, près du piédestal qui abrite aujourd’hui la statue de Brest. Quatre mois plus tard, la guillotine est érigée près des portes des Tuileries, et les exécutions se poursuivent pendant près de trois ans. Parmi ceux qui sont morts à cet endroit figurent la reine Marie-Antoinette et le révolutionnaire Maximilien Robespierre. En 1795, la place est baptisée Place de la Concorde et deux sculptures monumentales en marbre de Guillaume Coustou, les Chevaux de Marly, sont installées à l’entrée des Champs-Élysées.

Au cours des années qui suivirent, la place changea plusieurs fois de nom, devenant tour à tour Place de la Chartre, Place Louis XV à nouveau, et Place Louis XVI. Elle retrouve son nom actuel en 1830. En 1836, sous le règne de Louis-Philippe, l’obélisque de Louxor est installé au centre de la place. L’obélisque, un artefact égyptien construit à l’origine vers 1300 avant J.-C., mesure 22,83 mètres de haut. De part et d’autre de l’obélisque se trouvent deux fontaines conçues par Jacques Ignace Hittorff, un architecte qui a également supervisé d’autres modifications. Dans les années 1850, sous le règne de Napoléon III, les douves ont été comblées et la place s’est rapprochée de son aspect actuel. Face à la place, sur le terrain du jardin des Tuileries, l’Orangerie a été construite en 1852 pour abriter les orangers, et le Jeu de Paume a été construit en 1861 pour servir de terrain de jeu de balle. Les deux bâtiments servent aujourd’hui de musées. En 1984, les chevaux de Marly ont été retirés pour être conservés au Louvre et remplacés, sur le site des Champs-Élysées, par des copies.

— la Place de la Concorde fait partie des monuments du monde.

admin7890