Les chutes du Niagara, USA Canada

Les Chutes du Niagara est une chute d’eau sur la rivière Niagara dans le nord-est de l’Amérique du Nord, l’un des spectacles les plus célèbres du continent. Les chutes se trouvent à la frontière entre l’Ontario, au Canada, et l’État de New York, aux États-Unis.

Les chutes du Niagara

Pendant de nombreuses décennies, les chutes ont été une attraction pour les couples en lune de miel et pour des cascades telles que marcher sur une corde raide ou passer au-dessus des chutes dans un tonneau. De plus en plus, cependant, l’attrait du site est devenu sa beauté et son caractère unique en tant que phénomène physique.

Les chutes se composent de deux parties principales, séparées par l’île de la Chèvre. La plus grande division, adjacente à la rive gauche, ou canadienne, est la chute en fer à cheval ; sa hauteur est de 188 pieds (57 mètres), et la longueur de sa ligne de crête incurvée est d’environ 2 200 pieds (670 mètres). Les chutes américaines, qui jouxtent la rive droite, ont une hauteur de 190 pieds (58 mètres) et un diamètre de 1 060 pieds (320 mètres).

La formation de la gorge du Niagara (en aval) et le maintien des chutes sous forme de cataracte dépendent de conditions géologiques particulières. Les strates rocheuses de la période silurienne (il y a environ 444 à 419 millions d’années) dans la gorge du Niagara sont presque horizontales et ne s’inclinent vers le sud que de 20 pieds par mile (presque 4 mètres par km). Une couche supérieure de dolomite dure repose sur des couches plus tendres de schiste. L’eau exerce une pression hydrostatique et ne dissout que lentement la dolomite après s’être infiltrée dans ses joints. Les blocs de dolomite se détachent au fur et à mesure que l’eau du dessus s’infiltre et érode rapidement le schiste au niveau des chutes elles-mêmes. La disposition des strates rocheuses offre les conditions nécessaires pour que l’eau tombe constamment à la verticale d’une corniche en surplomb pendant une longue période de récession (mouvement vers l’amont) de la cataracte. Lorsque des blocs de dolomie sont sapés, ils tombent et sont rapidement détruits par l’eau qui tombe, ce qui facilite encore le recul des chutes et le maintien d’une cataracte verticale.

L’eau qui s’écoule sur les chutes est exempte de sédiments et sa clarté contribue à la beauté de la cataracte. En reconnaissance de l’importance de la chute en tant que grand spectacle naturel, la province de l’Ontario et l’État de New York ont conservé ou acquis les titres des terrains adjacents et les ont transformés en parcs publics.

La très grande dérivation de l’eau en amont des chutes à des fins d’énergie hydroélectrique a réduit le taux d’érosion. Des ouvrages de contrôle élaborés en amont des chutes ont permis de maintenir une répartition égale du débit sur les cataractes américaines et canadiennes, préservant ainsi les rideaux des chutes. Une grande partie du grand fleuve en amont des chutes est détournée et disparaît dans quatre grands tunnels pour être utilisée dans les centrales électriques en aval. En raison de l’inquiétude suscitée par la possibilité de chutes de pierres importantes, l’eau a été détournée des American Falls en 1969, et une certaine cimentation du substrat rocheux a été effectuée ; un vaste programme de forage et d’échantillonnage a également été mené à bien. Le débit de la rivière a été rétabli aux chutes américaines en novembre de la même année, et il a été décidé que des mesures de sécurité pour le public devaient être mises en œuvre et que les mesures visant à endiguer les processus naturels étaient à la fois trop coûteuses et indésirables.

On peut avoir une excellente vue sur les chutes depuis le parc Queen Victoria, du côté canadien, depuis Prospect Point, du côté américain, au bord des chutes américaines, et depuis Rainbow Bridge, qui enjambe la gorge du Niagara à environ 300 mètres en aval de Prospect Point. Les visiteurs peuvent passer de la rive américaine à l’île Goat par une passerelle et prendre un ascenseur jusqu’au pied des chutes pour visiter la grotte des vents derrière le rideau d’eau. Les chutes du Fer à cheval, qui transportent environ 90 % du débit de la rivière, ont reculé en amont à un rythme moyen d’environ 1,7 mètre par an entre 1842 et 1905. Par la suite, des ouvrages de contrôle et le détournement de l’eau ont diminué le taux d’érosion, qui est actuellement si lent aux chutes américaines que de gros blocs de dolomite s’accumulent à la base des chutes, menaçant de les transformer en rapides.

Les chutes du Niagara font partie de notre sélection des monuments du monde.

admin7890